Combien coûte un rédacteur web ?

Tarifs redacteur web France

La question de la valeur du contenu se pose toujours à un moment donné, lorsque l’on gère un blog ou un site internet. Très longtemps considéré comme le parent pauvre, le rédacteur web était surtout vu comme un « remplisseur d’espaces » dans le design du site, d’ailleurs la qualité des textes n’avaient pas toujours une grande importance. Heureusement aujourd’hui et encore plus demain, la partie « contenu » d’un site web est amenée à évoluer, tant les moteurs de recherche prennent de plus en plus en compte, la question de la valeur des informations délivrées aux internautes. Il est donc absolument nécessaire de fournir du bon contenu, optimisé, sans fautes, de qualité, informatif et donnant l’envie d’être partagé ou commenté. Un vrai métier !

Le contenu regagne ses lettres de noblesse et pousse les sites à faire des réorganisations dans leur budget et le moins que l’on puisse dire, c’est que du côté des tarifs, il n’est pas facile de s’y retrouver, tant les écarts sont phénoménaux

Quels sont les bons tarifs de rédaction à proposer ?

La réponse à cette question est très simple, aucun. Il n’y a pas de prix justes, il n’y a pas de tarifs Low Cost ou de tarifs professionnels. La question de la valeur du contenu est très difficile à définir puisqu’elle dépendra du type de travail demandé, des délais, de la qualité du rédacteur, mais aussi de la capacité du site client à pouvoir optimiser la valeur des textes commandés et de l’utilisation qui sera faite de ces articles. On entend souvent dire, que les contenus pas chers sont de mauvaises qualités et peuvent mettre en péril un site, autant être clair, c’est absolument faux !

Les propriétaires de sites web trouveront toujours trop chers les tarifs annoncés par de nombreux rédacteurs web ou agences de rédaction, qui proposent des articles à 50, 100, 150 euros la page de 1000 signes. Les agences de rédaction de contenu trouveront extrêmes de leur côté, les tarifs low-cost pratiqués soit par les plateformes de rédactions utilisant des milliers de rédacteurs très souvent « amateurs », soit par les rédacteurs travaillant dans des pays étrangers (Madagascar ou les pays du Maghreb), affichant des tarifs de 0,02 centimes le mot.

Entre ces deux extrêmes, se trouve sans doute un juste milieu dans lequel pourra s’inscrire toute une gamme de prix, qui s’adaptera aussi bien aux besoins des sites, que de la réalité du marché et des salaires des rédacteurs web.

A titre d’informations, voici le baromètre 2013 publié par www.red-act.com des prix pratiqués chez 250 rédacteurs web, sur une communauté de 3000 membres.

REDACTION:

– Article (6000 signes): de 200 à 500 euros (100-800)

– Dossier (12000 signes) : de 300 à 800 euros (175-1200)

– Article (3000 signes) : de 100 à 350 euros (50-600)

– Publi-rédactionnel (1500 signes) : de 50 à 150 euros (35-200)

WEB:

– 1 page web (réécriture) – 1500 signes : de 45 à 75 euros (30-80)

– 1 page web (réécriture) – 1000 signes : de 30 à 60 euros (15-75)

– 1 page web (création) – 1500 signes : de 60 à 200 euros (50-300)

– 1 page web (création) – 1000 signes : de 50 à 150 euros (30-150)

RÉDACTEUR (MISSIONS) – Tarif journalier : 200 à 500

Redacteur webOn peut comprendre que ce genre de tarifs n’est pas à la portée de la quasi-totalité des sites internet, dont le modèle économique repose très souvent sur un fragile équilibre entre revenus publicitaires, affiliations et quelques ventes de produits ou de services. La rédaction de contenu frais et optimisé devient très vite un gouffre dans lequel les gérants de sites web ne peuvent pas entrer, sans mettre en péril leur entreprise et leurs salariés.

Beaucoup de rédacteurs se plaignent des tarifs pratiqués par d’autres, en pensant qu’ils leur volent leur travail ou font baisser les tarifs, mais si on analyse le marché avec lucidité, il s’agit de deux mondes différents, avec deux types de clients différents. Un grand chef de restaurant 5 étoiles, ne pensera jamais, qu’un fast food lui volent des centaines de clients chaque jour et qu’il fait s’écrouler le prix des repas. Pour la rédaction, c’est exactement la même chose, certains sites internet ou entreprises ont absolument besoin du travail d’agence de rédaction, quel qu’en soit le prix, mais beaucoup d’autres pages web ne peuvent se permettre ce genre de tarifs. Il s’agit de deux univers et de deux types de clients dans une même sphère professionnelle, qui ont besoin de partenaires commerciaux ou de fournisseurs adaptés à leurs besoins.

Même si les tarifs avancés plus haut font rêver beaucoup de rédacteurs, qui se lancent comme auto entrepreneur ou comme travailleurs en quête d’un complément de salaire… autant le dire de suite, très peu auront la chance de monétiser leur travail à ces prix. Les agences parvenant à ce genre de tarifs sont en quelques sortes la crème de la rédaction. On pourrait les comparer à des stylistes qui parviennent à vendre leurs créations à des dizaines de milliers d’euros, mais combien de couturières en France parviennent à boucler les fins de mois, et que dire des millions de fabricants de vêtements en Chine … On peut comprendre aisément pour la profession de rédacteur, que tout le monde voudrait tirer le maximum de son travail, mais malheureusement nous vivons dans un monde capitaliste et les tarifs ne peuvent aller qu’à la baisse !

Comment s’inscrit l’agence redactiNews dans cet environnement concurrentiel ?

Combien coûte un rédacteur webPour avoir travaillé pour de nombreux sites, ce que cherchent aujourd’hui les sites web, c’est du contenu frais, de qualité, optimisé, unique et si possible au tarif le plus bas possible. Cette équation n’est pas impossible à réaliser puisque l’agence Redactinews est capable de le faire, en ayant ni recourt à des travailleurs bas de gamme, ni à des rédacteurs ayant une mauvaise qualité rédactionnelle et sans faire de spinning… mais tout simplement, en pratiquant l’outsourcing ou l’externalisation, afin de s’adapter aux réalités du marché et à la concurrence dans l’univers de la rédaction.

On peut trouver injuste ou anormale que certaines personnes « cassent les prix », mais ce fait n’étant pas nouveau, autant s’aligner sur la concurrence avant que cette dernière ne s’empare complètement du marché. Toutes les branches de l’économie réelles sont soumises aux prix de pays comme la Chine ou l’Inde, il ne peut en être autrement de l’économie numérique à court terme, d’autant que certains pays ne fournissent pas pour autant un travail médiocre, loin de là…

Dans ce contexte, il n’y a que trois solutions :

1/ Conserver des prix élevés en s’enfermant dans un marché de niche de plus en plus restreint, avec des contraintes techniques importantes. De cette façon, le travail ne peut plus être réalisé par le premier venu et il devient possible d’instaurer son propre prix, entre l’offre et de la demande de ce secteur. Les pages web ayant besoin de ce type de services auront peu d’alternatives  et devront forcément payer votre prix.

2/ Revenir à la raison et ne pas surestimer la valeur de son travail, car il devient de plus en plus difficile pour des sites web, de payer des journées de salaires à 200, 400, voire 500 euros comme certains professionnels l’annoncent. Les années fastes d’internet sont révolues, car les sites sont soumis à de très grosses contraintes techniques et d’optimisation, imposées principalement  par Google, qui ont un coût important pour conserver ses positions dans les SERP.

L’autre facteur et non des moindres, c’est l’explosion de la publicité sur tous les terminaux, qui a fait s’écrouler les tarifs de la publicité, dont beaucoup de sites web dépendent au moins pour la moitié de leur modèle économique, si ce n’est pas à 100%. Pour résumer, moins de rentrées d’argent et plus de dépenses conduisent très logiquement les sites à sélectionner les services les moins chers, pour diminuer leurs charges fixes, si vos tarifs sont élevés, ils iront voir ailleurs.

3/ Enfin, la solution qui apparait la plus pérenne au niveau de la survie économique est de tenter par tous les moyens de s’adapter aux réalités du marché, en cherchant des solutions pour diminuer ses propres coûts. Le meilleur exemple de cette nécessité d’adaptation se trouve dans notre vie quotidienne, les sites de productions industrielles sont de plus en plus rares dans nos pays, car ils ne sont pas parvenus à fournir un prix adapté au marché, face à une concurrence impitoyable. Il faut donc voir la rédaction sur internet comme une forme de production, que de nombreuses personnes sont capables de réaliser en France et à l’étranger pour moins cher. C’est le choix que RedactiNews a fait, en s’expatriant et en repensant complètement la façon d’aborder le travail, les échanges, la productivité, en proposant des services à la carte en fonction des besoins réels des sites web ou des blogs.

RedactiNews

Share